La puissance des chaebols et ses conséquences

La puissance des Chaebols - featured image Économie
Le temps de lecture de cet article est d'environ 9 minutes.

Vous n’avez peut-être jamais entendu parler de chaebols mais ce mot est très important dans l’économie coréenne. C’est grâce aux chaebols que la Corée du Sud est devenue très puissante économiquement et que le monde entier reconnaît le pays comme un acteur clé dans les échanges commerciaux mondiaux.

Mais alors qu’est-ce qu’un chaebol ?

Un chaebol est le nom donné à un grand groupe industriel coréen. Concrètement c’est un ensemble d’entreprises, de domaines variés, entretenant entre elles des participations croisées et ayant une puissance économique (et sans doute aussi politique) très importante (Dico du commerce international).

Il se rapproche du mot français conglomérat.

Les 4 plus importants chaebols sont Samsung, Hyundai, LG et SK.

Il faut savoir qu’en Corée du Sud, le secteur de l’industrie est très développé. Les entreprises coréennes produisent et exportent énormément au détriment parfois des autres secteurs d’activités.

Un chaebol est très similaire au Keiretsu japonais mais possède une particularité fondamentale. Les dirigeants de chaebols sont pour une vaste majorité des familles dont le pouvoir s’hérite de parent à enfant.

Ce principe se retrouve dans les anciennes Zaibatsu japonaises créées après la restauration Meiji à la fin du 19ᵉ siècle.

Les chaebols sont très proches des Zaibatsu et d’ailleurs portent en réalité le même nom.

Le mot Chaebol vient des caractères chinois 財閥 avec 財(chae) = richesse et 閥(bol) = clique, clan.

Finalement, chaebol signifie littéralement « famille riche ».

De la même manière, le mot japonais zaibatsu vient des même caractères chinois mais avec une prononciation japonaise : 財(zai) – 閥(batsu).

La raison de cette ressemblance est historique et nous allons voir ça tout de suite.

La création des chaebols

Chaebols creation

Après la seconde guerre mondiale en 1945, le Japon s’est retiré de la péninsule et a laissé un pays affaibli dont les grandes puissances de l’époque l’URSS et les États-Unis ont pris possession. L’un voulait répandre le communisme tandis que l’autre cherchait à arrêter le communisme en répandant le capitalisme. Cette confrontation a donné lieu à la guerre de Corée (1950-1953) qui s’est terminée par la séparation du pays en deux avec d’un côté la Corée du Sud et de l’autre la Corée du Nord.

Pendant la première partie du 20ᵉ siècle, l’activité industrielle du pays se concentrait dans la partie nord tandis que l’agriculture était en majorité dans le sud. Par conséquent, lorsque le pays s’est divisé en deux, la Corée du Sud n’avait rien. C’était un pays très pauvre et dévasté par la guerre. Exclusivement agricole, le PIB par habitant était inférieur aux pays africains et d’Asie du Sud-Est de l’époque.

Pendant près d’une décennie suivant la fin de la guerre de Corée, le pays n’a pas réellement progressé économiquement, jusqu’au coup d’État du général Park Chung-hee en 1961. Park Chung-hee est considéré par beaucoup comme le sauveur économique de la Corée et le créateur des chaebols.

Park Chung-hee était un homme très ambitieux qui souhaitait faire de la Corée du Sud un pays développé de première classe. Pendant son enfance, il détestait le fait de vivre à la campagne dans la pauvreté.

Park Chung-hee peut être décrit comme un dictateur qui s’est retrouvé à la tête du pouvoir de 1963 à 1979. La fin de son activité politique a été purement et simplement dû à son assassinat en octobre 1979.

Grâce à son pouvoir quasi absolu sur la Corée du Sud, il a pu mettre en place d’importantes réformes comme le Plan sur 5 ans qui a permis la création des chaebols.

Park Chung-hee était fasciné par la vitesse à laquelle le Japon s’était développé après la restauration de Meiji en 1868 et souhaitait produire le même miracle pour son pays. C’est la raison pour laquelle, le miracle coréen qui a débuté sous Park Chung-hee se calquait sur le système japonais.

Entre 1868 et 1945, le développement économique du Japon s’est basé sur les zaibatsu qui ont été créés grâce à la forte implication du gouvernement dans les activités économiques privées du pays.

On retrouve exactement le même schéma en Corée. Cela illustre l’influence du Japon sur le développement économique de la Corée du Sud.

On peut remarquer qu’une façon pour que l’économie d’un pays croît très rapidement, est de mettre en place les 2 points suivants :

  • Une forte implication du gouvernement dans les activités économiques du pays. Cela implique généralement une forme de dictature pour assurer l’ordre et le bon fonctionnement.
  • La création de conglomérats pour rivaliser avec les forces économiques déjà présentes.

La politique de Park Chung-hee qui a permis l’émergence de ces énormes groupes industriels s’appuie sur les principes suivants :

  • Un protectionnisme très poussé. Aucune entreprise étrangère n’avait le droit de développer son activité à l’intérieur de la Corée du Sud. Les coréens devaient acheter coréen même si cela ne garantissait pas de la qualité du produit.
  • Une économie focalisée sur la fabrication et l’exportation.
  • Le gouvernement soutenait les entreprises dans leurs emprunts étrangers en se portant garant si l’entreprise ne pouvait pas rembourser.
  • Des taxes réduites.

Toutes ses actions ont permis aux chaebols de devenir très riches avec énormément d’influence à partir des années 80-90. Les Jeux Olympiques de 1988 ont montré un pays développé et ordonné qui avait vaincu la pauvreté et se hissait maintenant après seulement 30 ans parmi les plus grandes puissances asiatiques.

Plus tard, la crise économique asiatique de 1998 a mis en lumière de gros problèmes au sein du système de chaebols. De nombreux chaebols ont fait faillite et, ont disparu ou se sont fait racheter par les survivants lorsque c’était possible.

Depuis le début du 21ᵉ siècle, Samsung est le leader incontesté dans le monde des chaebols avec ensuite Hyundai, LG et SK.

Maintenant voyons un peu les avantages et les inconvénients de tels mastodontes industriels.

Un système qui a fonctionné et qui maintenant s’essouffle

Chaebols : a working system with flaws in the present

Sans la création des chaebols, le pays ne serait pas devenu si développé et si puissant économiquement.

Ces grands groupes ont permis d’embaucher énormément de personnes en très peu de temps. Résultat, de nombreux ménages se sont retrouvés avec un certain pouvoir d’achat et la boucle économique s’est enclenchée.

Un cycle simplifié d'un développement économique

À l’heure actuelle, les salaires chez les chaebols sont bien supérieurs à ceux dans les PMEs (Petites et Moyennes Entreprises). En moyenne, le salaire d’un employé de PME est seulement 63% de celui d’un chaebol. Ces hauts salaires sont à double tranchant car ils enrichissent les travailleurs de chaebols mais créent des inégalités et fragilisent l’économie et l’innovation.

Il faut bien comprendre que la situation au 20ᵉ siècle et celle actuelle sont très différentes. Par exemple, des hauts salaires dans les chaebols a permis un développement économique par le passé ; mais maintenant que le pays est développé, ces disparités commencent à avoir l’effet inverse.

De la même manière, les chaebols ont permis de stimuler l’innovation ce qui a donné tous les produits high-tech que l’on connaît aujourd’hui (smartphone, télévision, écran, etc). Cependant en 2021, l’effet s’inverse. En effet, maintenant la créativité est un élément clé de l’innovation. Pour stimuler cette créativité, il faut beaucoup de personnes de secteurs et d’entreprises différents qui pensent différemment. Par exemple, les startups en Europe ou aux États-Unis sont une mine de créativité et d’innovation et permettent au pays de rester compétitif sur le marché international.

Mais si vous avez des mastodontes où le salaire est plus élevé. La seule et unique chose que vous souhaitez c’est d’intégrer ces conglomérats et faire ce qu’on vous dit de faire. Il n’y a plus d’innovation mais seulement une continuité du passé.

Les chaebols sont aussi accusés de voler les technologies des PMEs. De par leur puissance, personne ne peut s’opposer à eux sur le plan juridique. Cette tendance empêche les Coréens de créer leur propre entreprise pour mettre en forme leurs idées.

Chaebols : un ensemble contrasté

Chaebols are a contrasted structure

Une chose de bien selon moi est que lorsque vous êtes embauché dans un chaebol, vous avez une formation tout frais payé de plusieurs mois.

Cela permet aux jeunes travailleurs sortant d’université d’acquérir une certaine expérience avant de commencer leur travail. De cette manière, les nouveaux employés gagnent en productivité et comprennent mieux le monde du travail. Tout le monde y gagne.

Tout de même, une partie de la formation semble s’apparenter à une forme d’endoctrinement où on vous inculque les valeurs de l’entreprise mais pas que. Dans les chaebols, il existe un culte de la personnalité pour la famille gérante et la hiérarchie est très forte et importante. Cela peut mener à des abus de pouvoir. Selon moi, inculquer les valeurs de l’entreprise et l’importance de la famille dirigeante est acceptable. Chacun peut se faire sa propre opinion là-dessus. Le problème reste toujours les excès.

Cela va sans dire, mais la Corée du Sud est maintenant mondialement connue pour ses produits de qualité. Samsung a su se hisser en tant que numéro 1 des ventes de téléphones et les écrans LG et Samsung sont parmi les meilleurs du marché. De même, les voitures Hyundai sont de très bonne facture et à un prix très acceptable.

La taille de ces conglomérats est telle que le groupe devient très polyvalent et ainsi s’assure une longévité. Mais cette diversification dans les activités possède un gros inconvénient : la gestion devient difficile et onéreuse.

Voici ci-dessous un aperçu de toutes les entreprises que possèdent le groupe Samsung et Hyundai. Et je n’ai pas été exhaustif du tout !

The Samsung Group organization
Hyundai Group possesses numerous companies

Les chaebols sont un véritable casse-tête qui rend la gestion très compliquée. Toutes les filiales sont dépendantes les unes des autres à différentes échelles. Les prises de décision sont chronophages et très coûteuses. Finalement, beaucoup d’argent est utilisé simplement pour maintenir cet écosystème en place.

De plus, la puissance des chaebols et leurs relations intimes avec le gouvernement pousse à la corruption et à un lobbying très poussé qui amène parfois à des scandales.

Il est donc délicat d’avoir de trop grosses entreprises car plus ces dernières sont puissantes plus il est compliqué d’y faire face. Même pour un gouvernement.

Une conséquence des chaebols se retrouve tristement dans l’éducation. En effet, une éducation orientée sur les chaebols crée une pression énorme sur les étudiants qui passent leurs journées à étudier. De fait, tout le monde souhaite être embauché par un chaebol mais les places sont limitées. Une très forte concurrence s’ensuit. Cette pression colossale mène régulièrement à des suicides. D’ailleurs, la Corée du Sud est un des pays avec le plus grand taux de suicide au monde.

Ce que pensent les Coréens

what Korean_people think about chaebols

Maintenant parlons un peu de ce que pensent les Coréens 😉

Je trouve toujours intéressant d’avoir les faits et les connaissances pour ensuite les confronter à l’opinion des gens. C’est un exercice fascinant qui permet d’en apprendre encore plus sur la situation d’un pays.

Pour cela, j’ai eu l’occasion d’en discuter avec mon entourage pour savoir ce qu’ils pensaient.

Cette fois-ci, les avis étaient assez ressemblants et selon moi traduisent bien de l’opinion publique sur le sujet des chaebols.

Commençons par les arguments positifs.

Il en existe un qui m’a été répété plusieurs fois, et c’est l’aspect économique.

Les Coréens sont reconnaissants envers les chaebols pour avoir élevé le pays là où il est maintenant.

La puissance des chaebols et le caractère indispensable de ces dernières est aussi majoritairement reconnu.

Maintenant voyons les reproches que les Coréens ont envers les chaebols.

Les Coréens reprochent au système de chaebols de favoriser l’inégalité. Cela passe par une injustice envers les PMEs traduite par une concurrence déloyale.

Ils reprochent aussi aux chaebols d’être invulnérables, ce qui leur permet d’agir comme bon leur semble. En effet, les chaebols possèdent une quantité impressionnante d’avocats en activité toute l’année pour se défendre et remporter des procès.

Le vol des technologies et des innovations à des PMEs est aussi très critiqué.

En résumé, les Coréens ont une opinion plutôt négative des chaebols.

Conclusion

La Corée est un pays contrasté où de grandes entreprises se sont développées pour devenir les moteurs vitaux de l’économie du pays. 

D’un côté les chaebols apportent la prospérité à la Corée, et de l’autre ils font barrière à la créativité tout en créant des inégalités dans le pays. Le lobbying et la corruption sont aussi monnaie courante au pays du matin calme.

Comme on peut le voir, il existe toujours une face cachée aux bonnes choses et nous en avons ici un parfait exemple.

À travers cet article, j’espère avoir pu vous en apprendre plus sur les entreprises en Corée du Sud et le système sur lequel repose l’économie coréenne. 

Un article se concentrant sur le développement économique du pays sera prochainement disponible sur mon blog. Vous verrez c’est extrêmement intéressant 😀

Alexandre
Alexandre

以上、see you next time

Liens additionnels

Pages internet

Livre

  • 図解 韓国四大財閥早わかり ー 金美徳 (Amazon Japon)

Commentaires

タイトルとURLをコピーしました